Les amendes vont coûter plus chères bientôt - Info Trafic Algérie - ITA

Informations

mardi 3 janvier 2017

Les amendes vont coûter plus chères bientôt



La coercition. C’est le maître-mot qui guettera les contrevenants au Code de la route durant cette année 2017.

Le directeur du Centre national de prévention routière, Ahmed Naït El Hocine, a indiqué hier sur les ondes de la radio chaîne III que de nouvelles mesures coercitives ont été proposées pour répondre à des problématiques telles que la surcharge des véhicules et la révision à la hausse du montant des amendes forfaitaires.

Il a ainsi expliqué que ce montant sera revu à hauteur de 5000 DA en tant qu’amende minorée et 7000 DA pour les amendes majorées dans le cas de non-paiement dans les délais prescrits dans le cadre de la loi. De nouvelles dispositions sur la prévention routière entreront en vigueur au cours du premier trimestre de l’année 2017. M.Naït El Hocine a souligné que la mise en place de cette série de mesures contribuera fortement à diminuer le nombre de pertes humaines recensées chaque jour sur nos routes. Il a fait remarquer qu’en dépit d’un pourcentage élevé des accidents de la route en 2016, une baisse a tout de même été constatée par rapport à l’année passée.
En effet, durant les 11 premiers mois de 2016, pas moins de 27.168 accidents ont été enregistrés par le Centre national de prévention routière, soit une baisse de 17.48% a-t-il indiqué. S’agissant des morts, 3718 personnes sont décédées en 2015 contre 549 vies épargnées en 2016. S’agissant des blessés le même centre a recensé 41.544 blessés en 2016 soit une baisse de 20,79% comparativement à l’année qui l’a précédée, selon la même source.
Le directeur a par ailleurs souligné que la nouveauté de ce système est qu’il ne repose pas uniquement sur la coercition, précisant que le système de sanctions actuel repose essentiellement sur les amendes forfaitaires et le retrait du permis tandis que le nouveau est basé sur l’introduction du permis à points.

Ce nouveau système est aussi un signal fort pour remédier aux comportements déviants des conducteurs, a-t-il ajouté.Interrogé sur l’existence d’études approfondies qui déterminent les vraies causes de ces accidents, M.Naït El Hocine a insisté sur l’importance de collaborer avec le monde de la recherche. Un travail qui selon lui est déjà entamé; il a dans ce sens indiqué que des études ont été confiées au laboratoire de transport et de logistique de l’université de Batna, sachant que 15% des accidents sont dus à la somnolence au volant. Des accords ont été également établis dans ce cadre avec la Société algérienne de la médecine du sommeil.

S’agissant de la révision de la formation au niveau des auto-écoles, le responsable a affirmé qu’elle est à l’ordre du jour. Il a indiqué que des efforts sont fournis par le Centre national du permis de conduire pour les révisions du processus lié à l’obtention du permis. Ajoutant qu’il est impératif d’aller vers un système d’examen automatisé qui va sanctionner les auto-écoles dont les formations ne sont pas conformes aux règles.
Par ailleurs M.Naït El Hocine a soutenu qu’il y a une volonté des autorités publiques pour la révision et la restructuration de la politique nationale de la sécurité routière.

ALGÉRIE 360

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

مساحة إعلانية