Lakhdaria Bouira ou le calvaire sans fin - Info Trafic Algérie - ITA

Informations

samedi 4 mars 2017

Lakhdaria Bouira ou le calvaire sans fin



Les automobilistes qui empruntent l’autoroute Est-Ouest sont confrontés, depuis plusieurs mois, à des embouteillages monstres sur le tronçon Lakhdaria-Bouira. Sur 32 km, ce tronçon est un véritable calvaire pour les automobilistes en raison des travaux de réfection interminables.

La partie située avant le tunnel de Djebahia, où des travaux de réhabilitation sont en cours, est la plus touchée par les embouteillages. Jeudi, la circulation était quasiment bloquée, ce qui a obligé les véhicules à rebrousser chemin, et à emprunter l’ancienne route. En fait, la souffrance des usagers de l’autoroute sur ce tronçon dure depuis le lancement des travaux de réparation en 2013. « Les embouteillages sont devenus fréquents. Ils nous empoisonnent la vie », lâche un automobiliste, au volant de son bus, assurant la ligne Bejaia-Alger. La livraison récente de plusieurs sections, qui ont été refaites, n’a pas mis fin au calvaire des usagers.

Livraison avant la fin de l’année

Selon un agent de l’Agence algérienne de gestion des autoroutes, les travaux en cours concernent la réhabilitation d’une section de cinq kilomètres, à Ain Chriki dans la commune de Djebahia, juste avant le tunnel de Djebahia (sens Alger-Sétif). « Nous sommes mobilisés pour que ce tronçon soit livré avant la fin de l’année » assure le même responsable.
Outre les travaux de réparation, l’autoroute Est-Ouest manque cruellement de signalisation entre les tunnels de Bouzegza, dans la wilaya de Boumerdès, et la sortie du chef-lieu de wilaya de Bouira, sur environ 60 km.

La peinture horizontale a quasiment disparue de la chaussée sur les sections saines, alors que sur les parties en travaux, l’anarchie règne, ce qui rend extrêmement dangereux le trafic sur l’autoroute, notamment de nuit. Les balises en plastique traînent sur la route, et des glissières endommagées sont à l’abandon.

Jeudi, lors de l’inauguration d’un tronçon de deux km près du viaduc de Oued Rekham, le ministre des Travaux publics et des Transports s’était plaint de la qualité des travaux réalisés, et qui ont duré pourtant des années.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

مساحة إعلانية